Collectif L'OUVRE-BOITE

Initiatives sur le partage d'information

Contenu - Menu - S'identifier - S'inscrire - Contact

Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Archives par mois


Stats


Graphes Folksonomies Recherches Explorations Liaisons Appel A Développeurs

Tout ça à la fois ... :-)

Avant-propos : utilité des représentations graphiques

Mots-clés : , ,

En avant-propos, une représentation graphique d'un espace de tags
del.icio.us par Alf Eaton. Et quelques remarques :
- La représentation / exploration graphique (recherche, métadonnées) est une nécessité soulignée dans de nombreux billets sur Explorations et sur l'ouvre-boîte.
- Le travail d'Alf est une réponse au défi de Seb Paquet "
Social software programming challenge #2: visual tag map". Comme quoi il est tout à fait possible que des développeurs arrivent à suivre les défis proposés sur l'ouvre-boîte :-)
- Le graphique d'Alf Eaton est basé sur l'ancêtre (sic) TouchGraph, qui avait déjà proposé un GoogleBrowser aux fonctionnalités proches de celles de Kartoo, et aussi un LivejournalBrowser, une intégration avec une encyclopédie, un WikiBrowser, etc. (allez voir !). Vous pouvez aussi retrouver Touch Graph sur SourceForge. Il y a une littérature abondante sur les représentations visuelles, et de nombreux projets [1] dont par ex. prefuse (Java), ou encore FlickrGraph réalisé en Flash.
 [1] (liste non limitative) :
• AT&T's GraphViz - Static graph drawing software
• University of Maryland's Piccolo Toolkit - UI toolkit focused on zooming interfaces
• INRIA's InfoVis Toolkit - A general infovis toolkit
• University of Indiana's XML Toolkit - Another infovis toolkit
• University of Ljubljana's Pajek - Graph analysis and visualization
• UC Irvine's JUNG - Another graph analysis and visualization package

- Alf a aussi réalisé une cartographie des utilisateurs del.icio.us ("users as defined by their inbox subscription lists"). Bref, vive les API pour construire des Web Services ...

Et si cela ne suffit pas :-) pour donner des idées aux membres de l'ouvre-boîte pour améliorer blogs, wikis, logos-puces, to-do lists, recommandations, sites sociaux, (etc.)... allez, une petite citation extraite de
LivejournalBrowser :

The Touch Graph Live Journal Browser displays users as nodes connected by edges indicating friendship. Above the users float their mutually shared interests. Moving the mouse over an interest highlights the users that share that interest, and moving a mouse over a user highlights the friends and interests of that user. By examining at the interests above and between clusters one can see the subjects that bring together individuals and communities.

Orienter les molécules de la soupe de tags

Une citation extraite d'une interview de Mitch Kapor, président de la Open Software Applications Foundation) :

"Eventually, the uses of metadata (emerging from today's rapidly evolving baby steps of XML, RDF, tags, microformats and the like) will become sufficiently sophisticated. [Software] programs will be constructed [to have] automated dialogs and high-level configuration wizards or advanced users, which will tame the beast. This is a vision and dream, not imminent reality, but I am impressed with recent developments. The year 2005 might be the year of metadata."

Si c'est Kapor qui le dit ... :-)

Oui, les tags vont se répandre. Des centaines de millions de tags, des dizaines de millions d'utilisateurs (directs ou indirects) ...

Une vraie soupe de tags , c'est le risque que soulignent de nombreux commentateurs, dont Stéphane Le Solliec dans cet article. "Oui, sauf qu'au final, c'est ça donne un gros bordel avec des tags, des catégories, des mots-clés dans tous les sens, ... rien n'est inter-opérable, et l'on reste dans un univers plat, où si je cherche Indochine, j'aurais autant de réponses concernant le groupe de rock que le pays".

Rappelez vous vos expériences avec un aimant et un tas désordonné de limaille de fer. Il faudrait orienter, magnétiser les atomes ou molécules :-) de soupe. De la sorte, en appliquant un champ magnétique soupique :-) la soupe s'ordonnerait. Par exemple, on pourrait utiliser des tags en deux parties. Cette idée a été exprimée de nombreuses fois. Par ex. sur wixonomy on la met en action, et Stéphane Le Solliec la décrit ainsi : "(exemples :) groupe:indochine et pays:indochine, groupe:Frantz Ferdinand et personne:Frantz Ferdinand, (...) Avec ces tags en deux morceaux, cela donne la possiblité de faire des listings genre listing de tous les groupes, listing de toutes les personnes, listing de toutes les villes". Mais on peut faire mieux que des listes ... On peut désambiguiser. On peut rechercher des significations univoques (autrement dit, à partir des folksonomies, personnaliser et partager des taxonomies). Rechercher : il y a une interaction (avec l'utilisateur, un profil utilisateur, un programme). Rechercher : analogie avec les résultats obtenus (avec des technologies de text mining et data clustering) avec Exalead.

Explorer, renforcer

Imaginez un graphe dont les noeuds soient des vocables (tags). Les arêtes reliant ces noeuds sont des relations entre les vocables (tags). En première analyse, il n'est pas nécessaire de caractériser (par ex. : égalité, inclusion, etc.) ces relations.

Le graphe est un instrument d'exploration : comme dans les exemples cités plus haut, cliquer sur un noeud le rend central (etc.), on peut rajouter un vocable (noeud) et examiner ses liens avec les noeuds précédents, etc.

Le graphe est un outil de renforcement (modifier les poids relatifs) des relations. Soit le noeud a relié à b,c,d,e. Avec un GUI adapté, je peux (exemple de GUI) cliquer sur le lien a,b pour le renforcer (un clic-droit, par ex., aurait l'effet inverse). Au bout du compte, je crée un nouvel espace de bi-vocables (bi-tags) qui est ordonné (au moins partiellement). Ces vecteurs de dimension 2, par ex. groupe::Indochine et pays::Indochine, me permettent, dans la soupe de tags, de créer ma taxonomie personnelle. Sur un site collaboratif (par ex. partage de signets avec commentaires en tags), le partage de ces taxonomies personnelles peut induire une (ou plusieurs) taxonomies partagées, plus étendues et plus pertinentes que les taxonomies personnelles.

Où et quand opérer des renforcements ? Exemple d'un site de signets partagés

Cela peut être fait lors de l'utilisation d'un bookmarklet. L'interface demanderait quel(s) tag(s) utiliser, interrogerait ensuite le site de signets, puis présenterait les tags liés, et de quoi renforcer (ou ajouter) des liens.

Cela peut aussi se faire (avec probablement un GUI plus riche et plus de features) sur le site de signets. Sur ce site, la description des signets comporterait une liste de tags avec leur poids, et si possible indiquerait quels tags sont insuffisamment liés (incitation aux visiteurs du site à travailler la question) Une page relative à un tag, ou à un utilisateur, présenterait une liste de tags "à lier" (sorte de to do) ainsi que les graphes des tags liés, etc.

Cette problématique de liens est aussi l'occasion d'introduire la notion de groupe, et notamment de groupes de personnes : de tels groupes peuvent être déclarés par leurs membres (règles d'adhésion, règles de partage des signets), ou être découverts (groupes virtuels) par des algorithmes (par ex., en utilisant les poids des tags et relations, découvrir des sujets d'intérêt commun - ce qui permettrait d'ailleurs un couplage potentiel avec un service de to do partagés comme 36 trucs).

Ces explorations (algorithmiques, etc.) peuvent aussi permettre de décrire des profils d'individus. Profils souples, auxquels seront attribués (par algorithmes, par autres utilisateurs) des tags - souplesse des folksonomies - puis des taxonomies, permettant des interrogations (Search) et exploitations diverses, au-delà des intérêts communs évoqués plus haut. De même qu'il pourrait y avoir des profils d'individus, il pourrait y avoir des profils de groupes, dont l'utilité pourrait être business, R&D, sociologie, etc. Groupes, profils, on voit à partir de ces notions se dessiner (c'est le mot) l'usage de cartographies extrêmement intéressantes. A noter que ces profils pourraient intégrer des capacités d'anonymat, de confidentialité, d'authenticité.


Les graphes explorés et partagés n'induisent pas forcément une taxonomie unique (surtout si les liens sont caractérisés par des attributs ou propriétés : voir plus bas). Sur une même soupe de tags (celle par ex. d'un site de partage de signets) peuvent exister plusieurs taxonomies. Il faudrait décrire brièvement ces taxonomies et leur mode d'emploi, de façon à proposer à l'utilisateur du site des modes de consultation / enrichissement variés.


Les liens "à l'origine"

On a vu que pour créer des significations entre tags, on renforce (ou affaiblit) le poids de liens existants, ou on rajoute d'autres tags. Pour la commodité de l'utilisateur, il peut être utile de présenter des "liens existants" arbitraires. Formés par exemple à partir d'un thesaurus (requêtes en ligne), ou d'un paquet de tags tel que les tags déjà utilisés par un utilisateur ou un utilisateur "proche" (cf. les profils évoqués plus haut).

Caractérisation des relations

Jusqu'ici dans ce billet on s'est contenté de préjuger ou constater "une relation" entre deux items (tags), sans décrire le type ou le sens de cette relation.

Il est évident qu'on approfondit considérablement les usages des folksonomies ou taxonomies si on peut conférer des attributs aux relations. La relation a::b peut, par exemple, être dotée de l'attribut "<" (a est inclus dans b), "<=" (a est inclus dans ou égal à b). Ou encore : a est l'antonyme de b, etc. Les amateurs d'algèbre et de topologie pourront s'en donner à coeur joie pour explorer ou prédire des propriétés intéressantes (pour des usages de Web Services) sur les constructions faites à partir d'éléments (tags, par ex.) et relations. Eléments dotés d'attributs (pas seulement le nom du tag) et relations dotées d'attributs ...

Exportation, RSS, API

Exportation (pour usage local), RSS (requêtes Web). Afin de pouvoir réutiliser des collections de tags et relations, taxonomies ... Les services devront êre dotés d'API bien documentées (pourquoi ne pas faire collaborer les utilisateurs à leurs cahiers des charges ?).

Il conviendrait aussi de favoriser ces réutilisations (notamment dans l'intérêt des utilisateurs : ne pas recopier ou balader ses données), par ex. par des mécanismes d'alliances entre services. (A contrario, l'exemple de l'API du moteur de recherche Google, qui n'autorise qu'un nombre limité de requêtes / jour.)

Search by tag

Puisque le business model du search est bien établi (encore que ...), un enrichissement des services de recherche (pertinence, matching) par des technologies de tags se fera dans le cadre de ces business models.

Les tags (ceux, par exemple, déposés sur un site de signets ... ou encore tags ou mots-clés attribués à des éléments de blog ou wiki) peuvent considérablement aider les utilisateurs d'un service de Search qui à une document donné serait capable d'associer des tags, et surtout des tags "mis en relation". La désambiguisation ainsi obtenue, conjuguée à celle obtenue par des techniques de text mining sur les documents (et, bien sûr, collections de documents reliés par des tags), donnerait une telle qualité aux sites qui l'adopteraient qu'elles leur procurerait un avantage concurrentiel important, tant pour les usages généraux qu'Intranet / Extranet.

A noter que les sites de Search (classiques ou RSS) ont tout intérêt, dans cette stratégie, à adopter la posture collaborative initiée par, par ex., les sites de signets. Encore un positionnement efficace (qualité du service, fidélité des utilisateurs, opportunités de nouveaux services collaboratifs ou npn (plus) faciles à répandre en raison du poids de la marque, etc.)

Appel à développeurs

Ceci (puisque Seb Paquet le fait, l'ouvre-boîte aussi :-) ) est un appel à développeurs pour implémenter (Open Source, merci; que cela puisse librement être amélioré, intégré ...) dans un Web Service l'exploration et le renforcement des chemins dans un graphe. En commençant par le plus simple : des relations "non caractérisées" (voir plus haut).

Futurologie appliquée

Il n'est pas besoin d'être grand clerc pour prédire un accroissement des alliances, achats (etc.) entre moteurs de recherche, centralisateurs RSS, sites de bootmarking / tagging. Déjà en septembre 2004 on pouvait noter une alliance entre Feedster et Eurekster, intéressante parce que Eurekster propose une personnalisation (affinage) des résultats de recherche obtenus en groupe.

En général, personnalisation (conférer des attributs ... cf. les tags), groupe (partage), sont les voies de l'avenir. La matérialisation business de cet avenir passera notamment par les moteurs de recherche (ils ont déjà un solide business model fondé sur la publicité, mais pourraient avoir des business complémentaires).

Unir des forces complémentaires

Apportons à nos amis américains un peu de concurrence dans les applications du RSS, les tags, le Search, etc. Cela boosterait l'innovation, permettrait le développement de (par ex.) PME européennes ou francophones ...

On pourrait commencer, en francophonie (ou européanité), par un GIE de maquettage de services innovants (On sait ce qu'il est advenu du GIE Airbus :-) ). Ce GIE comprendrait des représentants :
- de moteurs de recherche
- de services coopératifs de bookmarking / tagging
- de plate-formes de blogs et wikis
- de centralisateurs et notateurs de feeds
- de services applicatifs (par ex. de liaisons entre personnes, de trucs-à-faire, etc.)
- de plate-formes d'idées et projets (comme par ex. l'ouvre-boîte)
- de laboratoires et centres de R&D
- etc.

Ces maquettes pourraient ensuite évoluer vers des services Web compétitifs.

Certains des business qui en résulteront seront des adaptations d'idées ou pratiques "nées in USA", tout simplement parce que les usages partagés, par ex., supposent une proximité culturelle ou linguistique qui n'est pas proposée aux utilisateurs non-anglophones de Flickr par ex. Exemples d'adaptations déjà réalisées, réussies, compétitives, et apportant des plus : UneInvitation, ou encore 6nergies ou BlogMarks.

D'autres seront des améliorations de services existants. Par ex., des services de bookmarking / tagging avec interfaces visuelles, avec désambiguisation des tags, avec exploration des tags selon plusieurs modalités.

D'autres seront plus innovants. Par ex., des moteurs de recherche intégrant tout le potentiel des tags. Car tout sera taggable (voir aussi ici) : pour ne parler que du Web : pages web, atomes de pages web (par ex. posts sur un blog, mais on peut descendre plus bas dans l'atomicité), constructions diverses (regroupement d'atomes, objets au sens informatique), fils RSS, images fixes ou animées ... Les tags aussi seront taggables. Car si l'on considère un tag comme une URI, à cette URI on peut rattacher autant d'attributs que l'on souhaite.

Et d'autres services seront radicalement nouveaux. Il est essentiel de voir que ce ne seront pas tant les améliorations techniques, que les usages, qui permettront à ces business de se développer.


Ecrit par Fix le Dimanche 27 Février 2005, 16:51 dans "Actualités" Lu 7639 fois. Version imprimable

Article précédent - Article suivant

Commentaires

Ouf ... fini de rédiger ce billet

Fix

Fix - le 01-03-05 à 18:22 - #

J'avais ce billet en préparation depuis plusieurs jours. Ouf il est terminé ... qu'en pensez vous ?


Re: Ouf ... fini de rédiger ce billet

Olivier - le 01-03-05 à 21:52 - #

Super, vraiment un bel article, avec plein de liens comme je les aime....
Merci Xavier, je suis à 200% sur la même longueur d'onde. Je suis arrivé à penser des concepts proches et suis, moi aussi, en train de rédiger quelques notes allant dans cette direction. C'est très bien, ton article répond à certaines de mes interrogations, précisemment, donc pas besoin de chercher...
Ma vision se fait autour de la notion d'entrepreneuriat, donc est un peu ciblée, mais j'essaie d'en faire un peu le tour.
Première note sur la virtualisation de l'entreprise :  http://redres.blogs.com/redres/2005/03/virtualisation_.html#comments
Je pars du macro vers le micro et vers le technique... la prochaine note ressemblera plus au style de la tienne!
Encore merci pour ces infos, ce qui couve va être terrible !!


Un article du JDN - Développeurs

Fix

Fix - le 02-03-05 à 07:00 - #

Un clone simplifié de del.icio.us en PHP


Re: Un article du JDN - Développeurs

FrAn

FrAn - le 02-03-05 à 13:05 - #

Très simplifié. Pour l'utiliser vraiment, tout est à faire.


Re: Re: Un article du JDN - Développeurs

Fix

Fix - le 02-03-05 à 15:11 - #

Tu as raison ;-) C'était juste un clin d'oeil en forme d'encouragement. Et montrer que si le JDN en parle, c'est que c'est vraiment :-) in et qu'il faut se manier les fesses pour ne pas être dépassés par tout le monde :-)


Merci la sciatique

stephane-lee

stephane-lee - le 02-03-05 à 09:44 - #

On peut dire que ta sciatique a du bon...si elle te permet de nous pondre ce genre d'article ;-)

Deux réflexions :

  1. Plutôt qu'un GIE centalisé, j'utiliserais plutôt l'Ouvre-Boite comme "colle" entre les acteurs du secteur. Je reviens à l' idée que l'Ouvre-Boite devienne un cabinet de "information flow design", un "Think Tank" payant pour ses adhérents.
  2. Je suis tenté par l'approche de François, c'est à dire que la meilleure taxonomie, c'est encore l'URI (type Wikipedia ou REST) --> http://URL/groupe/indochine


A bas la sciatique !

Fix

Fix - le 02-03-05 à 15:35 - #

S'il fallait se coltiner une sciatique chaque fois qu'on a des idées ... :-)

  1. L'ouvre-boîte comme Think Tank ... (payant, etc.). Sujet évoqué lors de notre réunion (le billet, avec l'idée de GIE, a été rédigé avant la réunion, et publié lorsque j'ai pu compléter "comment faire de façon réaliste" un passage entre folskonomy et taxonomie). Cela vaudrait un billet sur l'ouvre-boîte qui entraînerait commentaires réactions etc. Concilier ouverture, fertilisation croisée, encouragements mutuels à expérimenter et entreprendre ... Une co-entreprise ? Un institut Battelle ? Light (task forces sur mesure) ou Heavy (Andersen, Bain etc. ) ? Mais peut être, avant de publier ce billet, mûrir un peu nos réflexions ?
  2. Taxonomies ... Ne pas rouvrir la guéguerre entre les ayatollahs du sémantique et ceux qui pensent que bof ... A mon très humble avis (et d'avance j'implore le pardon de ceux qui ne seraient pas d'accord), il n'y a pas de meilleure taxonomie. Il n'y a que des outils servant des usages. L'URI comme système de classement, pourquoi pas. Mais elle n'est adaptée qu'à des graphes complets (pas de sous-graphes isolés), totalement arborescents (hiérarchie, pas de boucles). Dans mon billet, je parlais de construire des taxonomies à partir de folksonomies : bénéficier du meilleur de ces deux approches, en répondant au besoin de désambiguisation des "espaces plats" de tags. Taxonomies émergentes, variées, "à l'usage". Et si "une" taxonomie émerge nettement des usages ... on verra !


Une note complémentaire

Olivier - le 02-03-05 à 10:42 - #

Un nouvel article qui intéragit avec celui de Xavier sur le blog de redRES.
Pour ce qui est des aspects sémantiques, Xavier, ce que tu exposes est très intéressant.
J'irai un peu plus loin dans l'utilisation des tags.
Je verrai bien un outils entre 43things / 36trucs (centre d'intérêts), Lazyweb (initiatives), une techno de matching à la PubSub, une techno de recherche.
Les ontologies et la définition de la sémantique seraient crées par les utilisateurs eux-mêmes.
On suggère quelques tags au départ et l'on met en place un système de "proposition" (inspiré du co-linking) qui permet à chacun de proposer des mots (qui précisent, généralisent, sont équivalents...) simplement.
Un système inspiré de la cartographie analyse les chemins de liens ansi crées et pondère la valeur du sens en fonction du nombre de proposition équivalentes faites (sens général). Ce sens est retenu tant qu'il n'est pas remis en question par un autre chemin de liens plus "forts". La sémantique est donc évolutive.
Désolé si ce n'est pas extrêmement clair, ce sont des idées "toutes chaudes"...


Re: Une note complémentaire

Fix

Fix - le 02-03-05 à 16:02 - #

Merci Olivier !

Les tags permettent une certaine unification - ou certains enrichissements à l'aide de protocoles REST etc. - d'applications différentes (wikis, blogs search, bases de données, 36 trucs, etc.) et plus généralement de Web Services et applications locales, en permettant de remonter à un objet en partant d'un ou plusieurs attributs (tags). Encore faut il que ces tags soient raisonnablement désambiguisés / désambiguisables (c'est le sujet de mon billet).

De même qu'on parle de client riche (avec par ex. les technos XUL, REST, etc.), on devrait parler d'applications riches. Qui combineraient les utilisabilités de plusieurs Web Services : par ex., comme tu le proposes, 36trucs (centre d'intérêts), Lazyweb (initiatives), une techno de matching à la PubSub, une techno de recherche. Beaucoup d'autres combinaisons sont possibles (usages, marchés, rentabilité ...).  C'est une affaire un peu technique (API documentées, de manière à pouvoir faire des maquettes d'interopérabilité avant de discuter avec les partenaires), et beaucoup commerciale (relations entre partenaires). Une des missions de l'ouvre-boîte c'est justement de touiller la marmite à partenaires potentiels pour qu'ils se parlent plus et "inventent" en commun.

Quant à la création d'ontologies par les utilisateurs avec des GUI adaptés (par ex. graphes, carto., etc.) et des métriques (poids) évolutives, c'est le sujet de mon billet. Mais je crois qu'il faudrait n'employer les gros mots (taxonomie, ontologie, folksonomie) que pour tagger nos contributions et commentaires (ce qui les rendra encore plus repérables sur BlogMarks & co. et donnera envie à plus de gens de fréquenter l'ouvre-boîte, et, qui sait, d'y apporter leur) ou dans des papiers-hype-marketing-investisseurs. Ce qui compte, ce sont les usages, l'utilisabilité. "Débordéliser la soupe de tags pour rendre les tags vraiment utilisables par tous les utilisateurs de tous les sites (et rendre plus rentables ces sites)", ça, n'est ce pas une formulation qui donnerait plus envie d'être opérationnel (passer à l'action) ? :-)


Taxonomies

FrAn

FrAn - le 02-03-05 à 12:56 - #

Il en existe avec leurs défauts mais le grand avantage de ne pas avoir à réinventer l'eau tiède.

Wikipédia peut servir de référence. L'exemple de Indochine donne une page d'homonymie:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Indochine_%28homonymie%29 qui permet de lever l'ambiguité, puis trois pages Wikipédia pour les trois significations.

Le mot Python conduit à quatres pages clairement différenciées:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Python.


Une autre ressource c'est d'utiliser les classifications existantes dans les grands annuaires (directory). L'exemple de Dmoz vient tout de suite à l'esprit.

Indochine: Le groupe http://dmoz.org/World/Fran%c3%a7ais/Arts/Musique/Genres/Rock_et_Pop/New_Wave/Artistes/Indochine/

C'est probablement moins granulaire, mais l'approche hiérarchique facilite la recherche de l'inconnu.

Il est possible aussi de recréer une telle arborescence. Le site http://wixonomy.org/ n'a pas encore vraiment démarré, mais il pourrait être utilisé pour ça.

...


Re: Taxonomies

Fix

Fix - le 02-03-05 à 17:15 - #

Comme je le disais dans ma réponse au commentaire de Stéphane, le problème n'est pas de créer une ou des taxonomies, mais d'aider l'utilisateur à tirer parti d'une soupe de tags (folksonomy). Ce faisant, il crée (renforce) et utilise des taxonomies.

L'utilisation  de thésaurus (qui ne sont pas uniquement hiérarchiques, c'est un gros avantage), de répertoires (Dmoz par exemple), de taxonomies-en-devenir (par ex. wixonomy), peut effectivement (voir mon billet) servir de guide, de pense-bête, de démarrage, pour proposer à l'utilisateur des chemins dans la soupe de tags. Comme aucun de ces guides n'est exhaustif, il faut aussi (voir mon billet) que l'utilisateur puisse entrer de nouveaux tags dans le GUI, de façon, par ex., à re-stimuler un guide paresseux, ou à un solliciter un autre.

Donc finalement, comme tu le disais, l'eau tiède c'est utile :-)


Re: Re: Taxonomies

stephane-lee

stephane-lee - le 02-03-05 à 18:15 - #

Xavier, avant de partir dans la stratosphere, restons dans la blogosphere ;-)

Il faut penser prototype, et architecturer des flux d'informations, pour les RH par exemple.

David, si tu veux publier un post qui résume ce qu'on s'est dit hier soir sur ce site, ça permettrait de rentrer dans du concret.







Les bons usages prennent le pas sur les mauvais ? Observons, expérimentons

Fix

Fix - le 03-03-05 à 13:31 - #

Les bons usages prennent le pas sur les mauvais ... et les bons tags chassent les moins bons. C'est ce que soutient, exemples à l'appui, Darren Barefoot.

Usages, usages, usages ! Et pour écouter les utilisateurs et observer des usages, des maquettes puis protos, comme le dit Stéphane L. dans ce commentaire juste au-dessus. A propos de protos et RH, j'ai remercié ici Rodolphe pour son CR sur la réunion des blogueurs RH, et commenté sur la nécessité d'expérimentations.

Suis pour ma part disposé à une réunion action, sur ce thème concret et pratique d'expérimentations sur les pratiques, besoins, usages dans les métiers RH. Souhaiterais, vu ma non-mobilité actuelle, qu'elle puisse se tenir chez moi.


Cartographie

stephane-lee

stephane-lee - le 03-03-05 à 17:58 - #

A découvrir : Social Computing.


Re: Cartographie

Fix

Fix - le 04-03-05 à 13:18 - #

Je me demandais où étaient passés Amoweba, Mapstan ... : rachetés (pour en faire la filiale Social Computing) par le groupe DSA constitué en 1981 par des consultants issus de grands cabinets anglo-saxons d'audit et de conseil juridique, et qui emploie aujourd'hui plus de 60 personnes.

Tout le site (un demi-blog ou wiki : bientôt des commentaires ?) Social Computing est intéressant.

En ce qui concerne l'ouvre-boîte ou des projets issus ou partenaires de l'ouvre-boîte, ce pourrait être intéressant de voir quels genres de partenariats négocier avec Social Computing, en tenant compte sans doute du background très "corporate" de DSA.



Re: Re: Cartographie

Yves - le 16-03-05 à 18:14 - #

Bonjour,
Bravo pour votre site !
Pour repondre a vos interrogations et meme si le background de DSA est effectivement tres corporate, Olivier et moi sommes toujours les memes et ... en fait, on avait pense a ca ... parmis plein d'autres projets on en avait discute et ca nous branchais bien, il manquait une etincelle, vous l'avez !!! ;-)
Je crois qu'Olivier sera ravi de w avec vous sur le sujet, pour sur, ca en mettra un peu dans la vue a nos amis americains ;-)
A vous lire
Yves
PS vous avez peut etre lu sur le site de social computing qu'Olivier venait d'interfacer un site anglophone supersympa qui s'appelle www.webjay.org ; plus d'infos sur webjay.social-computing.com allez faire un tour, ca devrait vous inspirer plein d'idees !


Lien croisé

Anonyme - le 04-03-05 à 00:12 - #

Que se passerait t-il si ... : "Dans la lignée des articles sur les tags et identifiants et le Search publiés sur ce site (notamment là, là et là), je propose sur le site de l'ouvre-boîte un long billet portant sur :- les avantages de l'exploration de graphes en GUI- la désambiguisation, le passage efficace de folksonomies à des taxonomies- les conséquences et opportunités pour les sites de signets, les moteurs d"


Lien croisé

Anonyme - le 04-03-05 à 11:16 - #

Quoi ? - Blaggle, Blaggregator, etc. : "otos with certain tags. I’m guessing it will happen soon ..."2) Recherche de tag. Mais si les services à tags prolifèrent, on risque une immense soupe de tags peu significatifs, même si plusieurs auteurs (dont Matt, ici) indiquent une auto-correction due à l'effet de masse des tagueurs. Le remède est évident : guider l'utilisateur dans une recherche par tags (vous avez noté le pluriel ?), de façon à rétrécir le nombre de documents résultant du processus de tags. Dans une recherche par tags, on utilisera également des pondérations diverses, comme indiqué ici. Exemple de recherche guidée : hôtel -> (guidage) -> hôte"


Lien croisé

Anonyme - le 04-03-05 à 13:34 - #

Quoi ? - Barrons nous ! : "L'ouvre-boîte - Graphes Folksonomies Recherches Explorations Liaisons Appel A Dé : "erfaces visuelles, avec désambiguisation des tags, avec exploration des tags selon plusieurs modalités. D'autres seront plus innovants. Par ex., des moteurs de recherche intégrant tout le potentiel des tags. Car tout sera taggable (voir aussi ici) : pour ne parler que du Web : pages web, atomes de pages web"


Lien croisé

Anonyme - le 04-03-05 à 13:40 - #

Quoi ? - Respecter l'étiquette : " de services existants. Par ex., des services de bookmarking / tagging avec interfaces visuelles, avec désambiguisation des tags, avec exploration des tags selon plusieurs modalités. D'autres seront plus innovants. Par ex., des moteurs de recherche intégrant tout le potentiel des tags. Car tout sera tagg"


Lien croisé

Anonyme - le 04-03-05 à 20:58 - #

Le blog : " Suite à un très long et encore plus intéressant article de L’ouvre-boîte, voici mes commentaires."


Lien croisé

Anonyme - le 16-03-05 à 17:36 - #

Adscriptor: Folksonomie - de la vitalité des mots : "folksonomie, mais la bouture prendra-t-elle ? D'emblée il semble que oui, puisque ce matin Google donne 386 occurrences, un résultat qui demande à être détaillé. Une autre fois...Mais de quoi parle-t-on ? Voir ce fil pour approfondir la question. Selon l'étymologie du terme, mieux expliquée ici et là, il s'agit d'une « classification par les gens », dont le sound reste à mon avis trop anglo-s"


Lien croisé

Anonyme - le 28-03-05 à 14:13 - #

Quoi ? - Amateurs and professionals : "ion ...) pour faire émerger des usages : les tags sont un moyen simple (et attractif pour les utilisateurs). Ils ont en outre un immense mérite, celui de propager de la valeur à travers le Web pour de nouvelles cristallisations (ex. : usages de Technorati). Ils peuvent aussi s'auto-organiser (avec la participation des utilisateurs). "Data is the next "Intel Inside": owning a unique, hard-to-replicate data source as a competitive advantage"Comment faire pour que les utilisateurs, les amateurs, concourent à l'innovation et à la concurrence qui risqueraient d'être stérilisées si de puissants "


Lien croisé

Anonyme - le 21-04-05 à 11:17 - #

Quoi ? - Aides aux navigations : " de document, profil des intérêts du lecteur ou de l'auteur) est facilitée tant par les tags formulés sur les sites de social bookmarking (ou déposés depuis un bookmarklet), que par ceux posés directement sur un site (par auteur, commentateurs) puis aspirés par un moteur du genre Technorati.De plus il est possible d'associer les avantages des folksonomies et taxonomies, sans combiner leurs inconvénients.Et enfin on constate à l'usage que la soupe de tags s'auto-régule (poids croissant des "bons" tags, et décroissant des "moins bons").Pourquoi ne pas tenter une expérience avec ODP ? Il pourrait s'agir de :autoriser l'attribution de tags "libr"


Lien croisé

Anonyme - le 21-04-05 à 19:12 - #

Quoi ? - Context, User-Determined Information over Organized Space : " des récompenses importantes.Que tirer de tout cela ? Modestes observations de l'auteur de ce blog :- Des travaux scientifiques de qualité existent. Au Royaume-Uni, en France, etc.- Le guidage de l'utilisateur, à travers une interface adaptée, lui permet de découvrir et utiliser des associations de sens.- On doit pouvoir adapter ces travaux à l'exploration de graphes de tags (folksonomies, appuyées sur des taxonomies existantes ou émergentes) : univers de données non "strictement" catégorisées (mais sur lesquels les pratiques et parcours des utilisateurs concourent à faire émerger des catégories)- Conclusion provisoire : voir comment concrétiser une maquette s'appuyant, par ex., sur le framework de mSpace. Po"


Lien croisé

Anonyme - le 16-05-05 à 18:33 - #

Problèmes des folksonomies - Maurice Bloggue : " Réconciliation des taxonomies et folksonomies : voir aussi article sur le site l'ouvre-boîte. "


idée similaire

Fred Bird - le 18-05-05 à 17:21 - #

Bonjour.

J'ai exprimé un concept similaire, quoique moins développé ici : http://fredbird.org/lire/log/2005-05-17-tags-structuration-proposal

L'idée est d'en premier lieu établir une spécification, un standard pour la cartographie de tags, qui sont somme toute avant tout des mots, par la création et le renseignement des relations sémantiques qui existent entre eux, ainsi que pour le partage de ces cartographies.

Ajouté au partage des contenus indexés par les tags, on peut entrevoir un bond dans les applications web de recherche et autres social-software...


Répondre à l'article