Collectif L'OUVRE-BOITE

Initiatives sur le partage d'information

Contenu - Menu - S'identifier - S'inscrire - Contact

Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Archives par mois


Stats


Nous ne sommes pas aux US !

Voici quelques mois, David Guillocheau et trois autres blogueurs RH lançaient jobmeeters, "le 1er site de recrutement par cooptation en France ouvert à tous", un service positionné recrutement 2.0.

En tant qu'employeur, j'ai toujours privilégié le recrutement par recommandation, qu'elle provienne d'un autre salarié, d'un partenaire ou d'une relation : je connais mon interlocuteur, il me connaît, il connaît l'entreprise et il connait le candidat qu'il me recommande donc en connaissance de cause. C'est sûr : on gagne beaucoup de temps ainsi, même si j'ai pu en perdre un peu à faire savoir que je pourrais recruter. Je gagne surtout en efficacité en ne rencontrant que des candidats qui conviennent la plupart du temps. Accessoirement j'économise les frais de recherche par un prestataire spécialisé. Je n'en aurais d'ailleurs pas les moyens. J'ai d'autant plus de reconnaissance envers celui qui a permis le rapprochement. Pas nécessairement une prime, ce qui serait déplacé dans la plupart des circonstances, mais une relation qui s'en trouve certainement renforcée. Si je peux renvoyer l'ascenceur, de quelque façon, c'est bien volontiers.

Je me suis donc inscrit sur jobmeeters en fin d'année. Je suis heureux d'apprendre que nous sommes plus de 3000 coopteurs à présent. Pourtant j'ai le sentiment de me trouver bien seul et de ne pas vraiment appartenir à un réseau, même de liens faibles puisque, en l'occurrence, seule une démarche commune nous réunit : notre inscription en tant que coopteurs. Justement : n'est-il pas dommage de ne pas exploiter cette ressource ?

J'ignore tout des autres jobmeeters et réciproquement ils ignorent tout de moi alors que certainement nous pourrions échanger, partager des expériences, des informations. Je n'ai pas eu encore l'occasion de coopter quelqu'un mais que sait-on de moi en tant que professionnel et quel crédit pourrait avoir ma cooptation si l'on s'en tient aux infos minimales fournies lors de mon inscription ?

Pourquoi ne pas s'inspirer de l'expérience des réseaux sociaux professionnels et proposer des ressources similaires, même si elles sont plus centrées sur l'identification de talents ? Le modèle peut parfaitement s'appliquer. Je pense à des profils professionnels visibles par les autres inscrits, la possibilités d'échanges, d'affectation de tags, des tags personnels et partagés, pouvoir lier des contacts, voire créer des groupes/hubs par secteur d'activité ou situations (professionnelles, géographiques...), tout ceci dans la perspective d'identifier des opportunités de cooptation, ou de les initier en les orientant.

Mon expérience des réseaux sociaux professionnels m'a montré qu'il y a un vrai potentiel à ce niveau qui n'est pas exploité, faute justement d'un objectif clair qui conduit à se demander à quoi ils peuvent bien finalement servir, ces réseaux. Ici, c'est l'inverse : la finalité est très claire, les moyens beaucoup moins. Je ne suis pas sûr que la prime soit en effet le motif premier des coopteurs actuellement inscrits. Nous ne sommes pas aux US ! Par contre je suis persuadé qu'il y a des personnes qui ne demanderaient qu'à aider s'ils en avaient l'occasion. La preuve : 3000 coopteurs déjà d'inscrits alors qu'il n'y a encore que peu d'annonces dont on ne sait d'ailleurs si elles proviennent de cabinets ou des entreprises et avec lesquels recruteurs il est également impossible de communiquer, ne serait-ce que pour mieux identifier l'offre et son contexte.

Dans la conception actuelle du service, c'est le coopteur qui supporte la charge : celle de surveiller les annonces (certes aidé par des alertes filtrées sous forme de fil RSS et/ou emails récapitulatifs), de déchiffrer les offres, d'identifier des candidats dans ses relations, de les contacter, de les convaincre, de receuillir tous les éléments requis, de contrôler ces éléments et de les (re)mettre en forme, de rédiger enfin un argument de cooptation en destination de recruteurs qui ne le connaissent pas plus que le candidat dont il défend le dossier. C'est là, à mon avis, qu'une approche réseau prend tout son sens car toutes ses opérations seraient certainement plus efficacement réalisées en réseau, avec les outils d'un réseau. Et tout le monde s'y retrouverait !

Tout jobmeeter est potentiellement un relais d'offres, un coopteur et un candidat, alors pourquoi les distinguer et les isoler ? Plutôt que de primes, il faudrait peut-être plutôt réfléchir un système de crédits, suivant l'activité effective de chacun et ses contributions à l'objectif commun : concrétiser des recrutements.

Ce ne sont que mes réflexions. Le service n'a que 4 mois d'existence et il doit encore évoluer. Justement : pourquoi ne pas solliciter les bonnes dispositions des ces 3000 coopteurs inscrits pour l'aider à réfléchir son meilleur développement ? Je m'étonne notamment de n'avoir pas trouvé une tribune sur le site ou le blog du site pour partager ces réflexions. Ce n'est pas très user centric...

Ecrit par jlb le Lundi 23 Janvier 2006, 03:50 dans "Actualités" Lu 3822 fois. Version imprimable

Article précédent - Répondre à cet article - Article suivant

Commentaires

Bien vu !

David

David - le 23-01-06 à 10:48 - #

Jean-Luc merci pour ton feed back et ton post sur mon blog. Tout ce que tu écris nous y adhérons et avons prévu des "choses". Comme tu le dis cela ne fait que 3 mois et 1 weekend alors c'est pour certaines encore embryonnaires, pour d'autres dans le tuyau. A suivre... en particulier sur www.jobmeeters.blogs.com
Plus de 3000 inscrits cela donne une responsabilité et nous allons en particulier intensifier notre démarche "Power to users" qui compte beaucoup pour nous. Patrice te contactera bientôt.
A ++


jérémi - le 23-01-06 à 12:18 - #

je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi. Pour moi, il ne faut pas créer un n ième réseau social. Il y en a déja beaucoup. Je suis inscrit sur 6nergies, viaduc et linkedIn. Seul mon profile LinkedIn est à jours (je vais essayer de mettre celui de 6nergies aussi à jour). On ne peut pas mettre à jour des infos sur tout les sites, ca prend trop de temps.
Plutôt que de recréer un réseau social, autant utilisez ceux qui existent. Faire un partenariat avec 6nergies ou linkedIn et alliez vos forces.


Re:

David

David - le 24-01-06 à 23:40 - #

   Jeremi : 100% d'accord avec toi. On a commencé avec OpenBC et nous apprécions leur approche constructive depuis le tout début de notre "éclosion". LinkedIn c prématuré et pas évident du tout que cela les intéresse. Pour 6nergies ou Viaduc peut être, nous y sommes bien sûr ouverts.


Répondre à l'article